Fanny Busson

Fanny Busson, fabuleusement sensible et minimaliste

Je suis Fanny Busson, une jeune designer graphique optimiste et pleine d’ambition ! Je conçois mes projets à mon image, entre sensibilité et minimalisme.

Quel est votre mot pour désigner votre profession ?

Selon moi, un bon designer graphique est quelqu’un de sensible et constamment empli d’émotions. La sensibilité et l’émotion sont mes énergies créatrices, qui rendent chaque projet unique. Je travaille sur mes projets comme je travaille sur moi-même, par l’introspection, le raisonnement et la mise en action.

Pour quelles raisons vous avez décidé de faire du design graphique ?

À vrai dire, je suis arrivée dans le design graphique un peu à tâtons sans savoir vraiment ce que c’était… Au lycée, j’ai fondé une association de théâtre dont j’étais chargée de communication, j’ai adoré ça. Pendant un temps, j’ai voulu travailler dans le secteur de la culture, mais mes ambitions ont bien évolué depuis !

Est-ce que vous avez un projet en particulier que vous aimeriez nous présenter ?

L’un de mes projets récents les plus marquants est sans aucun doute le résultat d’un workshop en équipe. Avec 6 camarades (devenus copains !), nous avons créé en deux semaines, un jeu de société (légèrement) cynique, mais humoristique, que nous avons nommé Deadline, sur notre vie d’étudiants en design, pour en rire, et le faire connaître.

Deadline
Jeu Deadline, Fanny Busson

Un jeu inspiré de notre quotidien, dont le but est de survivre, de réussir à avancer malgré les embûches. Une édition unique, entièrement réalisée à la main et en linogravure, dont nous sommes particulièrement fiers !

L’œuvre qui a le plus influencé votre création ?

Nous nous sommes inspirés du principe de jeux de société que nous connaissions déjà : le Mille bornes et le Saboteur, avec un petit clin d’œil lointain à The Walking Dead pour l’ambiance ! Mais niveau graphisme, on a voulu laisser libre cours à notre imagination…

Quel.le personnalité vous a le plus impressionné ?

Quitte à en choisir une, je dirais Simone Veil.

Elle n’a pas eu peur des mœurs de l’époque. Elle a privilégié son sens moral et ses valeurs, pour la liberté et le droit des femmes, malgré les abominations qu’elle a pu connaître. On lui a fermé des portes, mais elle s’est toujours battue, sans relâche. Ce sont ces hommes et ces femmes qui ont marqué l’histoire par leur combativité et leurs valeurs, qui m’impressionnent.

Quel.le artiste est-ce que vous recommanderiez de suivre sur Instagram ?

J’utilise Instagram comme un réseau d’inspiration, je ne peux que conseiller des comptes qui rassemblent différents designers et enrichissent ma culture graphique ! (@branding.mob, @designersbookshop, @mindsparklemagazine…) 

Et pour ceux qui aiment la photo, je conseille d’aller faire un tour sur le compte de @arthbsn, aux multiples talents !

Obligée de citer aussi le compte des copains graphistes : @lau.lombard, @valentin_ledent, @claire_mrcx

Est-ce que vous avez déjà connu un ratage ?

J’ai fait une année en école de communication avant de commencer mes études de design graphique, dans laquelle je ne m’épanouissais pas. Le côté marketing et publicitaire ne correspondait pas du tout à mes valeurs, et je manquais de créativité…

Mais m’en rendre compte, m’a permis de trouver ma voie et de m’épanouir plus que jamais dans mes études et ma profession !

Quelle œuvre a changé votre regard sur le monde ?

Un livre que j’ai découvert toute petite et que j’adore relire : Sourde, Muette, Aveugle, l’autobiographie d’Helen Keller. Une personne qui a connu toutes les barrières de la vie dès son plus jeune âge et qui pourtant, s’est épanouie plus encore que chacun d’entre nous, jusqu’à la fin de sa vie. Elle nous partage la façon dont elle perçoit le monde. Une vraie leçon d’humilité et de plaisir de vivre.

Quel est votre rêve de créatif ?

Être actrice d’un design utile et citoyen. Je ne veux pas concevoir le design comme un objet publicitaire et marketing. Je me révolte contre cette société hyper consommatrice et irrationnelle, je souhaite œuvrer pour une vie meilleure, plus responsable et réfléchie.

Et sinon, comment ça va ?

Au top ! J’ai travaillé dernièrement sur mon projet de fin d’études : l’identité visuelle d’une école pour enfants malvoyants. Un bon moyen pour moi de m’exprimer sur des questions que je juge essentielles, et notamment, œuvrer pour une société plus inclusive. Les malvoyants ne sont pas handicapés, mais sont en situation de handicap dans une société qui ne s’adapte pas à leur particularité.

Actuellement, je poursuis un Master en direction artistique !

Fanny Busson est sur Instagram – et a également son portfolio

Passionnée de cinéma, partisante des mots et de l’image. J’aime à penser que le cinéma et la publicité ont les mêmes vocations. Nous divertir, nous faire rire, nous faire aimer, nous faire pleurer… Mais aussi et surtout, nous refléter, nous faire penser, nous faire changer et évoluer.
Fermer