Portrait de Julien Rico Jr.

Julien Rico Jr. : « Le dessin fait partie de ma personnalité »

Avec la réouverture des salles de cinéma en France, Julien Rico Jr., graphiste-illustrateur, nous évoque sa passion pour le monde du cinéma. À travers sa profession, il revisite les affiches des films qu’il apprécie, toujours avec un concept graphique original.

Quel est votre mot pour désigner votre profession ?

J’ai toujours du mal à définir ce que j’exerce ou donner vraiment un nom. Je ne me considère pas vraiment comme un artiste, ni même qu’un graphiste. Quand on me demande, je réponds souvent graphiste-illustrateur avec ce problème où il me paraît souvent compliqué de trouver un terme juste et global. À la fois, notre profession touche à un ensemble vaste de domaines ce qui rend le métier attirant.

Depuis combien de temps dessinez-vous ?

Depuis tout petit et même en classe, j’ai toujours aimé dessiner, cela fait partie de ma personnalité. Je n’ai cessé de m’inspirer par les Comics que cela soit francophone comme Astérix ou Tintin, ou américain comme les Superman, etc. J’ai aimé mêler mon métier avec ce j’appréciais à côté, la pop culture, les superhéros…

Cela fait la cinquième année que je travaille à mon compte, j’ai fait une classe préparatoire Art appliquée, puis un BTS en communication visuelle sur deux ans et une spécification Web sur un an.

Quel est le style de vos œuvres et votre force singulière en tant que graphiste-illustrateur ?

J’aime beaucoup le style minimaliste, où j’essaye de développer des concepts forts, élaborer des sous-lectures dans mes travaux au contraire des affiches de cinéma classiques où l’on donne tout aux spectateurs sans réfléchir. J’ai toujours cette envie que les gens s’arrêtent devant le poster et s’y intéressent. Esquisser un rendu qui soit simple et en même temps détaillé à la portée du grand public qui soit original et décalé.

Un processus spécifique lors de la création de chaque œuvre ?

Ce que je dis toujours à mes élèves que j’ai en cours de graphisme, c’est de commencer par le papier et le crayon, et non pas forcément d’aller jeter un œil sur l’ordinateur et voir ce qu’ont déjà réalisé les autres. Des conseils simples comme chercher quel personnage ou scène du film m’a le plus marqué, avec quel élément je peux créer une forme et une contre forme.

Quelle a été cette première affiche de film alternative ?

Au tout début de ma formation de BTS en 2016, au même moment, la série Flash sortait sur CW et je mettais dit qu’est ce que cela donnerait en passe-temps de faire une affiche alternative avec les techniques que j’apprenais en cours avec ma propre vision.

Quel regard portez-vous sur la généralisation des affiches de films ?

Même si j’adore mon travail dans ce secteur, j’ai l’impression que cette uniformisation des affiches est en train d’évoluer avec ma génération. Cela nous permet de montrer qu’on peut créer un poster de film pertinent et grand public et pas forcément du Photoshop. Pour le moment, il s’agit bien plus de films indépendants qui ont cette audace et ce culot avec moins d’attentes derrières.

Lire aussi | Joseph K. Roman : « Il n’y a que le cinéma pour nous proposer cette expérience unique »

L’œuvre qui a le plus influencé votre création ?

En cours pendant que je réalisais mes premières affiches, Saul Bass est vraiment l’artiste qui m’a le plus impressionné, jusqu’à me dire qu’on pouvait produire quelque chose de complètement différent de ce que l’on avait au départ. Mais en choisir un se serait mentir alors je me montre curieux, j’aime avoir différentes visions de créations dans le métier, même les plus éloignés de mon propre univers.

Est-ce que vous avez un projet en particulier que vous aimeriez nous présenter ?

Un distributeur de films The Jokers m’a contacté dernièrement pour proposer une affiche pour la réouverture des salles, avec une volonté de dernière d’originalité. Je me sens assez libre malgré la nature collaborative du projet : les retrouvailles du cinéma comme celui d’un couple derrière l’écran, et The Jokers à un film à l’affiche prochaine In The Mood for Love, c’est ce couple du long-métrage qui est illustré.

Au final, on se sentait très fier de voir qu’on avait remporté le concours avec les voix du public.

Affiche pour la réouverture des cinémas en mai 2021 en partenariat avec The Jokers, Julien Rico Jr.

Quel est le prochain film que vous pensez illustrer ?

Dernièrement, j’ai travaillé sur une affiche sur Dune de Denis Villeneuve pour Warner Bros France et j’ai conçu aussi une alternative à Avatar, un film que j’ai beaucoup aimé. Prochainement je vais réaliser une série minimaliste sur Star Wars pour donner une vision d’ensemble sur la saga.

Un film à envoyer dans l’espace pour présenter l’humanité aux aliens ?

Pour présenter l’humanité, j’enverrai Le Soldat Ryan. J’aime beaucoup le cinéma de Spielberg, toujours inspirant par rapport à ce que cela raconte. Avec une image de l’héroïsme sous tous les âges et tous les angles, le réalisateur arrive à mettre une vision fantastique et humaniste, sans jamais sembler simpliste.

Un univers de film ou de série dans lequel vous voudriez vivre ?

Retour vers le futur reste définitivement mon film préféré. Cela mélange tout ce que j’aime : de la science-fiction avec un côté très réaliste, empreint avec des détails hyper années 80 et une couche d’humour : vivre dans le 2015 de Retour vers le Futur, je trouverais cela assez drôle.

Quel le film ou le cinéaste qui a le plus impressionné ?

Mis à part Robert Zemeckis, j’ai un penchant pour le cinéma de Christopher Nolan à la fois grand public et très clivant en poussant les murs, de la même manière de ce j’aime apporté à ma petite échelle. Tenet est original et différent et pour autant réfléchie tout en étant produit comme un blockbuster hollywoodien, où le spectateur se sent investi avec des fins suspendues comme dans les films de David Fincher.

Quel.le artiste est-ce que vous recommanderiez de suivre sur Instagram ?

Doaly pour ceux qui aiment la pop culture, c’est super !

Quel conseil est-ce que vous donneriez à un jeune graphiste qui débute ?

Toujours pratiquer ce qu’il aime, travailler sur des sujets ou des domaines qui les passionnent ou qui lui donne une certaine émotion, au contraire de concrétiser quelque chose pour le nombre de likes sur Instagram ou autre. Je ne vais pas raconter quelque chose de personnel si je devais réaliser une affiche d’un film oscarisé ou populaire que je déteste.

Quel est votre rêve de créatif ?

J’adorais travailler pour les Studios Marvel voire pour un seul projet ou une opération commerciale. Malheureusement, c’est toujours compliqué, car c’est généralement réalisé en interne ou par une agence très spécifique avec des artistes. Cela me permettrait de revivre un souvenir d’enfance et de boucler la boucle, même si je n’apprécie pas tout, cela reste régulièrement une source d’inspiration.

Trilogie Thor des Studios Marvel : Thor, Thor The Dark World & Thor Ragnarok, Julien Rico Jr.

Et sinon, comment ça va ?

Parfait ! Je mène pas mal de projets c’est super honorable pour des graphistes indépendants, des couvertures de livres, le concours pour les réouvertures de cinéma. J’espère qu’il y en aura encore plus à l’avenir avec des studios comme j’ai pu le faire les années auparavant.

Julien Rico Jr. poste ses affiches alternatifs de films sur Instagram

So What! est aussi sur TwitterInstagramFacebook et LinkedIn.

Ayant grandi dans l’univers de CANAL+ et avec un iPod dans la poche, je pense que tout est possible 
à qui rêve, ose, travaille et n’abandonne jamais.
Fermer